Le Chocapic de Simon - 2006

Publié le par Françoise

En progression constante, Gilles Simon s'entraîne dans la cellule de Jérôme Potier depuis deux ans et demi : «Il progresse normalement, il est jeune. Quand il est arrivé, il était 250e, puis il est monté 160e, il poursuit son bonhomme de chemin. Dès qu'il comprend les choses, ce qu'il faut travailler et qu'il est convaincu, cela va vite.» Quant au dillettantisme supposé de son élève, le coach explique son fonctionnement : «Il faut lui faire comprendre que s'il travaille, il va progresser, il va monter haut. Il a de l'ambition. Une fois qu'il comprend, il se rend compte que ça paie. Il voit un peu les autres et il a des qualités dans le travail. Dès qu'il commence, il est tout de suite en situation de réussite. On a l'impression que c'est une ablette mais il n'est pas nul physiquement. Dès qu'il fait quelque chose, ce qu'il fait est plutôt bien, donc il a une certaine motivation. Il faut lui mettre une carotte, un paquet de chocapic (sic).»
L'Équipe, octobre 2006

Publié dans Articles

Commenter cet article