"J'ai découvert la notoriété" - janvier 2009

Publié le par Françoise

Le mail de Gilles Simon

Je n’ai pas encore débusqué de paparazzi en planque en face de chez moi avec un téléobjectif. Mais j’ai découvert la notoriété. L’an dernier, j’ai battu Federer et Nadal, je suis allé au Masters et les médias ont parlé de moi. On m’a vu dans Paris-Match et même au journal de 20 heures. Aujourd’hui les chauffeurs de taxi me reconnaissent et il y a du monde au bord du court quand je m’entraîne. La conséquence, vous allez voir c’est horrible , c’est que je mets deux fois plus de temps à rejoindre les vestiaires. Moi, je n’aurai jamais le désir d’être une star, une vraie, avec des gardes du corps. Le côté « et moi, et moi, et moi », le côté « attention, j’arrive », je ne suis pas fan.

Ce que j’aime là-dedans, c’est la reconnaissance. Pas tant de qui je suis, plutôt de ce que j’ai fait. J’aime l’idée qu’on aime mon travail. Alors, parfois, quand la reconnaissance me tombe dessus quand je ne suis plus au boulot, j’ai du mal. Quand je fais des courses de Nöel avec ma copine et qu’un gars déboule en disant : « Hé Simon ! vas-y, signe moi un truc », je trouve ça super intrusif.

Le truc, c’est que ma génération a depuis longtemps fait exploser la frontière vie privée - vie publique. Et je me rends compte que je ne suis pas en phase avec mon époque. Attention, je ne suis pas vieux jeu. La preuve, j’aime les jeux vidéo et les desserts McDo.

Mais prenons un exemple : Facebook. Il paraît que c’est le site Internet qui vaut le plus cher en ce moment. Si c’est vrai, je suis scotché. Beaucoup des joueurs du circuit sont inscrits mais moi, jamais de la vie. Il y a un mec qui se fait passer pour moi sur Facebook mais sachez-le, c’est bidon. Je ne pige pas du tout le principe de ce site. Si c’est pour retrouver des gens perdus de vue, à la limite, pourquoi pas ?

Mais Facebook, c’est quoi ? C’est de l’égocentisme. C’est un club de drague géant. C’est du voyeurisme. C’est : « Regardez mes photos de vacances », c’est : « Tiens, ce matin je suis de mauvaise humeur, que tout le monde le sache ». On dit tout, on étale tout. C’est le plaisir de raconter sa vie, même dans ce qu’elle a de plus creux.

A mon avis, tout ça est parti de Loft Story. Cette émission a cartonné alors qu’on a vu pendant deux mois des gens faire quoi ? Rien, rien et rien.

Moi, je n’ai aucune envie de montrer au premier venu mes photos de vacances. D’abord, c’est les miennes. Ensuite, je ne pense pas que ça intéresse grand monde. Enfin, je ne vois pas ce que ça va apporter à mon « personnage ». Des journaux m’ont demandé par exemple des photos de ma copine. J’ai refusé. C’est la frontière dont je vous parlais avant. Alors oui, j’ai raconté mes années piano quand j’étais au conservatoire, oui, j’ai parlé de ma passion pour les jeux vidéo. Je l’ai fait une fois, maintenant c’est fini. Je suis joueur de tennis. Et je ne suis pas sur Facebook.

L'Equipe, 29.01.2009

Publié dans Articles

Commenter cet article

freeman 29/12/2009 03:56


il a écrit un roman quand même...
C'est un mail pas une dissertation ceci dit c'était pas inintéressant.


akim 06/12/2009 19:42


Je trouve les réactions de gilles toujours super censé.
Je lui souhaite de gagner un tournoi du grand chelem.
Et il a raison, ses vacances, sa copine, ses talents au piano çà interessent ceux qui aime vivre par procuration.